Dooz Kawa (alias 12 K.O.) découvre à douze ans une scène rap underground franco-américaine en se faufilant dans les caves de garnisons militaires d’Allemagne où son père est soldat. Puis, dans un second temps, dans l’abandon par les régiments des anciennes casernes devenues « Azilen » (camps de réfugiés) il se rapproche des influences musicales de l’Est de l’Europe.

C’est à l’âge de seize ans qu’il arrive à Strasbourg et compose ses premiers morceaux. Deux ans plus tard, il crée T-Kaï Cee et fera deux ans durant de nombreux concerts et festivals locaux avec ce collectif. En 2006, Dooz Kawa fait la connaissance de Biréli Lagrène, le prodige manouche mondialement reconnu et star locale ; de leur fulgurante amitié naîtront plusieurs titres. En 2007, il se voit convier à s’associer à Biréli lors de son concert au Cheval Blanc à Schiltigheim. Il y rencontre Mito, guitariste manouche de la longue lignée des Loeffler, qui se proposera de participer à l’album Étoiles du sol, sorti en 2010.

À ces collaborations s’ajoute en 2009 celle de Mandino Reinhardt pour une reprise haute en couleur de l’hymne de Swing, le film de Tony Gatlif tourné à Strasbourg. En 2012 sort l’album Message aux anges noirs et le 4 mars 2013 la compilation digitale gratuite de freestyles et de faces B regroupés sous le nom d’Archives. Dooz Kawa a également entamé une série de quatre maxis intitulés Narcozik, dont le #1 est sorti le 18 décembre 2013 et le #2 le 14 septembre 2014.